un nuage de lait

05 avril 2009

...

- Merci, dit-elle, tu m'as donné tout ce que j'avais demandé.
Mais maintenant, que dois-je faire de toutes ces choses?

-Tu es libre, fais-en ce que tu en veux.

-Mmh...mais la liberté m'effraye un peu finalement...je crois...
...
Je me souviens avec délice des instants où mes pas étaient guidés, et où je ne regardais plus mes pieds.
Aujourd'hui que je sais que je peux aller dans toutes les directions, mes pieds tremblent, je le sens bien.
Alors finalement, ai-je avancé?
Ne sommes-nous pas plus heureux confortablement installés dans des prisons aménagées?

Posté par nuagedelait à 02:26 - Commentaires [9] - Permalien [#]


26 janvier 2009

Alternance

La vie alterne pour moi entre points d'interrogations et points de suspensions.

Il est maintenant évident que les cadres et les normes qui me soutendaient pendant toutes ces années sont devenus obsolètes.

Enfermée trop longtemps dans les prisons de ce que je devais être, de ce que devait être une femme, de ce qu'était une bonne vie, rangée, organisée, et surtout, de ce qu'était le bon couple, je suis passée à côté de l'essentiel.

Je n'arrive plus à me satisfaire des modèles de bonheur imposés par les autres et me sens un peu à l'étroit dans une vie trop petite.

Néanmoins, je me confronte au principe de réalité, qui parviendra peut être rapidement à me remettre dans les rails d'une vie rangée...

Tout vole donc en éclat dans ma tête, me rendant à la fois confuse, perdue et si vivante. Une vie que je n'avais pas sentie depuis longtemps en moi. Une vie que j'estime avoir méritée.

Posté par nuagedelait à 05:57 - Commentaires [3] - Permalien [#]

26 octobre 2008

Imagines

Imagines le vent dans les champs disait-elle.

Imagines que je rencontre un nouvel amour...

Un inconnu vient de taper à ma porte...

Posté par nuagedelait à 08:11 - Commentaires [11] - Permalien [#]

28 septembre 2008

L'ouverture sur mon monde

Plus je rencontre les hommes, et plus quelque chose rétréci en moi.
Comme une grosse boule de confiance que j'avais en l'autre, et qui diminue à vue d'oeil après chaque rencontre.

Il y a quelques années encore, je le découvrais à peine que je lui livrais déjà les clés de mon jardin secret.
Depuis, ils ont saccagé mon potager, pris un malin plaisir à piétiner tous les fruits de mon verger.
Mes pommes, à porté de main, ont été volées sans aucun égard.

En la regardant de plus près, je note que ma porte d'entrée est devenue minuscule.
Si petite, qu'il faudrait vraiment que quelqu'un se mette sur les genoux pour pouvoir y entrer.
La clé est tellement bien enterrée, que j'en moi même oublié la cachette.
Il est donc nécessaire de se présenter à l'entrée et de montrer sa très bonne volonté et ses qualités de jardinier.

Aujourd'hui encore, un loup déguisé en agneau est entré dans mon espace.
Il s'est délecté des derniers végétaux qui reprenaient doucement vie après le dernier vol.
Je crois bien que mon jardin est maintenant vide.

On ne même plus apercevoir la petite lumière derrière ma porte verrouillée.
Je suis vide d'amour et sans plus rien à donner.
Que les loups ne m'approchent plus, je suis fermée.

Posté par nuagedelait à 09:29 - Commentaires [4] - Permalien [#]

23 septembre 2008

Le baiser de l'ombre

- "Claire, on ose enfin te le dire: tu as encore un énorme suçon au dessus du sein. Tu pourrais dire à ton homme d'être plus discret"!

....
Rires étouffés de mes collègues infirmiers (!!) de boulot


Incroyable comme cette cicatrice de porte à cath me fait passer pour une nymphomane depuis des mois....

Posté par nuagedelait à 08:14 - Commentaires [2] - Permalien [#]


19 septembre 2008

L'ombre d'un rêve

"La cuillère tournait dans le café, dispersant en volutes claires le nuage de lait qui y avait été disposé pour former des fractales.
Yves Kramer observait le phénomène et pensa un instant que ce lait dans le café était comme la galaxie dans l'univers. Tout tourne. La planète. Les sentiments. les problèmes. Ce qui est en bas est destiné à monter. Ce qui est en haut est destiné à descendre.
Il se dit aussi que si l'on tournait très longtemps, il y avait peut-être une chance de retrouver le premier
nuage de lait d'origine..."

Bernard Werber, le papillon des étoiles

Posté par nuagedelait à 09:59 - Commentaires [6] - Permalien [#]

16 septembre 2008

flashback

Sous la douche, je tirais sur les poils de mon sexe...
Un moment d'angoisse terrible: elle avait dit que ce seraient les premiers à tomber, la coiffeuse. Tant qu'ils seraient là, je serais sauvée, du moins, capillairement parlant.
Puis j'oubliais tout ça, les cheveux, la beauté, et mon image devenait pastel, les couleurs de mon visage se perdaient dans les longues tentacules translucides des pieuvres de plastique qui m'entouraient. Surtout, oublier ce qui circulait en leurs bras et dormir pour fuir les attaques perfides de la nausée.

Les poils de mon sexe ont fini par tomber, mais jamais sous la douche, comme une marque de respect.

Aujourd'hui encore, je me souviens de la prothèse capillaire que j'avais choisie. J'étais avec lui ce jour là, lui qui voulait me quitter. Mais gentleman, il était prêt à attendre que je m'en sorte pour s'en sortir de moi.

Là où d'autres s'arment de toute leur séduction, je m'armais de courage pour vivre ce moment qui m'a semblé dramatiquement ridicule... 

Posté par nuagedelait à 03:09 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 septembre 2008

Les meutes

Elle regardait les autres.
Habitués à être deux, ils ne voyaient pas qu'elle était seule.
Elle les regardais encore, de plus près.
Ils n'étaient finalement pas tous heureux, ces groupes de deux.
Comme par magie, ils devenaient parfois 3 ou 4. Ils agrandissaient la meute pour faire peur aux autres, peut-être...
Elles les regardait, pleins de rêves dans les yeux. Leurs gros ventres à elles, leurs gros bras à eux qui poussent de tout petits vélos. Les câlins du dimanche matin.
C'est beau d'être une meute.
Pourtant, elle en a même honte, il lui arrive de soupirer d'aise en imaginant qu'elle ne range pas les chaussettes. Elle n'utilise pas non plus d'aspirateur de morve. Elle ne connais pas le prix de trois années de paquets de couche.
Elle essaie de s'occuper d'elle et c'est déjà beaucoup.

Posté par nuagedelait à 08:10 - Commentaires [6] - Permalien [#]

24 août 2008

Une page qui se tourne

Le vent du pacifique a soufflé sur le livre de mon histoire.
Il a, j'en suis sure, contribué à clore le chapitre de mon ancienne vie pour démarrer quelque chose de nouveau.
J'ai repris cette semaine confiance en mon corps et en son énergie.
J'ai été accompagné dans cette démarche par ma famille, mes amis, et par vous.
Merci...



d_part_AIX_076


                  

                                                                                          

Posté par nuagedelait à 13:37 - Commentaires [9] - Permalien [#]

22 août 2008

Sérénité




100_2006

Posté par nuagedelait à 01:50 - Commentaires [3] - Permalien [#]